Publié par CareerBuilder FR le 16 mai 2017 dans Conseils recruteur, Processus de recrutement, Entretien | 1 Comment

recruteur-ok.jpg

Les hard skills d’un recruteur sont assez faciles à lister, mais qu’en est-il des qualités personnelles plus subtiles qui permettent de faire le lien entre les différents acteurs et de convaincre les meilleurs talents de rejoindre l’entreprise ?

L'ecoute

Oui, un recruteur doit poser les bonnes questions… Mais s’il n’est pas capable d’écouter les réponses, ça ne sert à rien ! Il doit pouvoir rebondir sur ce que disent les candidats. Et côté entreprise, il lui faut aussi être à l’écoute des managers qui recrutent pour bien comprendre leurs besoins et choisir une personne disposant non seulement des bonnes compétences, mais aussi de la capacité à s’intégrer.

La fibre commerciale

A l’heure de la guerre des talents, certains candidats sont sur-sollicités et n’ont que l’embarras du choix pour leur prochain poste. Le recruteur est donc aussi un vendeur : il doit vendre l’entreprise aux meilleurs talents pour les convaincre de la rejoindre elle plutôt qu’un de ses concurrents.

La confiance

Nous avons tous envie de croire que le monde est merveilleux et que personne n’essaiera de nous tromper. Malheureusement, ce n’est pas le cas. Certains candidats mentent ou du moins arrangent la réalité pour se montrer sous leur meilleur jour. Pas question de se fier les yeux fermés aux informations du CV ou aux paroles en entretien : un bon recruteur doit savoir repérer les signaux d’alerte comme des dates à trou, un regard fuyant ou des informations imprécises, en déduire les différentes possibilités et confronter le candidat pour découvrir la vérité.

L'adaptabilité

Un recruteur est en contact avec quasiment tout le monde dans l’entreprise ainsi qu’avec des candidats provenant d’horizons très différents. Il jongle entre les divers outils à sa disposition (ATS, logiciels divers, jobboards, réseaux sociaux, outils vidéo, tablettes, smartphones) et, la plupart du temps, recrute pour des métiers variés dont il n’est pas lui-même un expert. S’il ne fait pas preuve d’adaptabilité, il sera vite dépassé !

Le réseautage

Il ne s’agit pas seulement d’entretenir son propre réseau en espérant un jour y trouver la perle rare pour un poste, mais aussi de s’occuper du vivier de talents en y ajoutant des membres et en les relançant au moment adéquat. Un bon recruteur est donc un expert à la fois des réseaux sociaux, mais aussi du contact en face à face, avec une mémoire exceptionnelle pour se souvenir de toutes les personnes qu’il rencontre et qui pourrait un jour lui venir en aide.

La diplomatie

Direction, managers, membres des RH, collaborateurs… Les autres personnes concernées par le recrutement dans l’entreprise ne se rendent pas toujours compte des difficultés liées à la recherche et à l’attraction des talents et placent la barre très haut dans leurs attentes. Au recruteur de leur expliquer que ce qu’elles recherchent n’existe pas sur le marché, ou se paiera beaucoup plus cher que ce qu’elles pensaient offrir, et de proposer des alternatives… Le tout sans vexer personne ! Sans compter que c’est aussi à lui que revient la tâche d’annoncer aux candidats rejetés qu’ils n’ont pas été retenus.

 

Image: Shutterstock.com

Leave a Comment