Publié par CareerBuilder FR le 28 juin 2019 dans Conseils recruteur, Marché de l’emploi, Attraction des candidats, RH | Pas de commentaire

shutterstock_229739140Vous avez cherché pendant des mois, mis en pratique tous les outils, conseils et astuces à votre disposition, essayé d’être souple sur vos critères de recherche, proposé un salaire attractif… Malgré tout cela, rien à faire, vous n’arrivez pas à trouver le data scientist ou le DAF qu’il vous manque. Et si vous alliez chercher au-delà des frontières hexagonales ? Est-ce une bonne idée qui pourrait venir au secours de votre entreprise ? Ou une initiative coûteuse et incertaine ?

Les contre 

Il y a trois principaux obstacles à recruter à l’international :

  • Cela peut coûter cher : Non seulement parce que vous devrez sans doute faire appel à un cabinet spécialisé si vous n’avez pas les compétences et outils en interne, mais aussi parce qu’il vous faudra faire venir le nouveau venu ! Puisque vous allez le chercher, il sait que vous avez besoin de lui, sans doute plus qu’il n’a besoin de vous. Il s’attendra donc à ce que vous l’aidiez en participant par exemple aux frais de déménagement, de déplacement, ou de logement, voire même à ce que vous pensiez à sa famille. Le tout en plus de lui proposer un salaire compétitif.
  • Les démarches administratives peuvent être lourdes : Si vous recrutez dans un pays européens, elles sont généralement simplifiées, mais ailleurs, vous devrez vous pencher sur les questions de visa et de permis de travail.
  • Il peut y avoir des problèmes d’intégration : Les risques sont multipliés par rapport à un recrutement local. Malgré tous vos efforts en matière d’évaluation des savoir-être et les questionnaires de personnalité, il se peut que la culture de votre nouveau collaborateur soit incompatible avec celle de votre entreprise et qu’il parte au bout de quelques mois… Tout sera à recommencer et vous aurez investi beaucoup d’argent et de temps pour rien.

Les pour

  • Heureusement, aller chercher des talents à l’étranger présente aussi plusieurs gros avantages qui contrebalancent ces risques :

    • Vous n’avez peut-être pas le choix : L’expertise que vous cherchez n’est peut-être tout simplement pas disponible sur le marché français, notamment parce que les formations mettent longtemps à s’adapter aux évolutions des besoins des entreprises, alors que dans certains pays où les démarches pour lancer de nouveaux cursus sont moins lourdes, les organismes repèrent les tendances et les anticipent. Sans oublier les autodidactes, souvent plus encouragés à l’étranger.
    • Vous y gagnerez un collaborateur loyal : Reconnaissant que vous lui ayez donné une belle opportunité, votre nouveau salarié devrait, si tout se passe bien, rester chez vous plus longtemps que la moyenne.
    • L’investissement vaut la peine : Certes, c’est un pari risqué, mais s’il est réussi, vous en récolterez les fruits. Si vous envisagez cette option, c’est pour un poste à forte valeur ajoutée qui permettra à votre entreprise de gagner en efficacité, d’augmenter son chiffre d’affaires, et d’être plus compétitive.
    • Une telle ouverture à l’international a des conséquences inattendues : Le nouveau venu n’apporte pas que ses compétences, mais aussi toute une culture et des bonnes pratiques qui auront des répercussions sur tous les services de votre entreprise. Il est prouvé que la diversité et des points de vue différents ont un impact positif sur les résultats.

Leave a Comment