Publié par CareerBuilder FR le 13 avril 2017 dans Attraction des candidats, Communication, Marque employeur | 1 Comment

jeunes-diplomes.jpg

C’est une problématique récurrente du recrutement : comment convaincre les jeunes de venir chez vous plutôt que d’aller voir ailleurs?  A l’heure actuelle, les jeunes en question appartiennent à la Génération Z, plus exigeante, intransigeante, et insaisissable encore que les précédentes.

En simplifiant au maximum

Les candidats qui vont débarquer sur le marché du travail dans les années à venir ont de l’entreprise une vision assez dure. Parmi les critiques adressées, « compliquée » revient régulièrement. Imaginez : ils débarquent avec cet a priori sur votre site carrière et découvrent qu’ils leur faut 90 minutes pour remplir un formulaire. Ils vont vite penser que tout est aussi difficile chez vous et, la patience n’étant pas leur fort, vont préférer aller voir ailleurs.

En adaptant les avantages

Si les générations précédentes étaient surtout sensibles aux espèces sonnantes et trébuchantes, ce n’est plus la priorité de la Génération Z. L’argent reste important, mais pas autant que d’autres éléments. Un changement qui s’était déjà amorcé avec les Y. L’étude « La grande invaZion », menée par The Boson Project et BNP Paribas, a fait le point sur certaines des attentes professionnelles de ce public exigeant. Leur grande priorité est l’équilibre : pas carriéristes, mais pas non plus « glandeurs », 40 % se voient bien « bosser pour profiter à côté ». En faisant preuve de souplesse et de bienveillance dans les avantages que vous proposez (télétravail, horaires aménagés, mais aussi bons vacances et autres tickets cadeaux), vous saurez les convaincre ! Sachez aussi que plus des deux tiers d’entre eux se verraient bien travailler à l’étranger, alors si c’est une possibilité que vous offrez, pensez à la mettre en avant.

En leur proposant d’apprendre encore et toujours

Conséquence de leur naissance à une époque où la technologie évolue à vitesse grand V, les « slashers » ont pris l’habitude d’apprendre de nouvelles choses en permanence et ont bien l’intention de continuer. Une politique formation dynamique est un atout, mais ils sont aussi partants pour les initiatives moins cadrées : leur permettre de participer à un projet en parallèle des leurs lorsqu’ils en ont le temps, leur attribuer un mentor dans l’entreprise, être ouvert aux évolutions horizontales aussi bien que verticales… Ces points vous permettront non seulement de les attirer, mais aussi de les conserver malgré leur tendance au zapping, plus exacerbée encore que chez leurs aînés !

En faisant un travail sur vous-même

Une entreprise engagée en matière de RSE a bien plus de chances d’attirer les jeunes qu’une autre : idéalistes prêts à améliorer le monde, ils sont sensibles à l’image, mais aussi et surtout aux actions menées pour l’environnement, le bien-être des salariés, la diversité… Si vous n’avez pas de politique en place, il est temps de vous y mettre, et si vous en avez une, valorisez-la.

En revenant aux bonnes vieilles méthodes

A force d’entendre parler de recrutement 3.0, de réseaux sociaux et de e-réputation, vous en oubliez les méthodes traditionnelles ? Erreur : si ces outils restent effectivement indispensables, le meilleur moyen de vous faire connaître auprès de ce public reste de le rencontrer en personne ! Vous avez plusieurs solutions pour cela : participer à des événements et forums dédiés, organiser des portes ouvertes ou des meetups dans votre entreprise, opter pour l’alternance et, enfin et surtout, vous rendre vous-même dans les écoles et universités. C’est le meilleur moyen de répondre aux questions de candidats potentiels, de leur vendre votre organisation, de coiffer vos concurrents au poteau en vous présentant avant même que ces étudiants arrivent sur le marché du travail. Cela vous permettra de toucher des personnes, dont vous savez avec certitude, qu’elles préparent un diplôme susceptible de vous intéresser.

 Image: © Indypendenz - Shutterstock.com

Leave a Comment